EN DIRECT – Guerre en Ukraine : la diffusion télévisée du média russe RT France a cessé


⇒ 17 h 15 [SCIENCES]Le CNRS arrête toute nouvelle collaboration avec la Russie

Le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) condamne « avec la plus grande fermeté » l’invasion de l’Ukraine et ne nouera plus de nouvelles collaborations avec les organisations scientifiques russes jusqu’à nouvel ordre. « Le CNRS suspend toutes nouvelles formes de collaborations scientifiques avec la Russie et annule tous les événements scientifiques à venir impliquant la Russie », indique l’organisme public de recherche dans un communiqué.

« La science n’a pas de frontières mais les valeurs que toutes les communautés scientifiques portent et partagent ne peuvent tolérer cette guerre. Le CNRS se félicite de la prise de position courageuse de plusieurs centaines de scientifiques russes qui se sont élevés contre cette agression », ajoute l’organisation, qui précise qu’elle apportera « tout forme d’aide et de soutien » aux chercheurs ukrainiens : « Le CNRS (…) est prêt à accueillir celles et ceux qui le souhaitent ».

⇒ 16 h 40 [BIÉLORUSSIE] L’Union européenne sanctionne 22 responsables militaires

L’Union européenne ajoute 22 officiers supérieurs des forces armées de la Biélorussie à sa liste noire des personnes sanctionnées pour leur soutien à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

« Compte tenu de la gravité de la situation et du fait que la Biélorussie participe à une invasion russe non provoquée contre l’Ukraine en autorisant une agression militaire à partir de son territoire, le Conseil estime qu’il convient d’ajouter vingt-deux personnes à la liste des personnes physiques et morales, entités et organismes faisant l’objet de mesures restrictives », indique le communiqué publié avec la liste des noms, leurs grades et leurs fonctions au Journal officiel de l’UE.

⇒ 16 h 30 [UKRAINE] La Russie contrôle la plus grande centrale nucléaire d’Europe

Selon l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), la Russie se serait emparée de la centrale de Zaporizhzhia, la plus grande d’Europe. « La Russie a informé l’Agence (…) que ses forces militaires avaient pris le contrôle du territoire entourant la centrale », déclare le directeur général de l’AIEA, Rafael Mariano Gross.

« La mission permanente de la Fédération de Russie auprès des organisations internationales à Vienne a également déclaré que le personnel de la centrale continuait de “s’employer à assurer la sûreté nucléaire et à surveiller le rayonnement en mode de fonctionnement normal. Les niveaux de rayonnement restent normaux” », rapporte l’agence dans un communiqué. La centrale compte six des quinze réacteurs d’Ukraine.

⇒ 16 h 15 [MÉDIAS] La diffusion télévisée de Russia Today France a cessé

La version française du média Russia Today n’est plus diffusée à la télévision en France depuis cet après-midi, conséquence de l’interdiction de RT dans l’Union européenne entrée en vigueur plus tôt dans la journée.

→ ENTRETIEN. Guerre en Ukraine : « En France, le Conseil d’État pourrait suspendre immédiatement Russia Today »

À 16 h 00, RT France n’était plus visible à la télévision via les différents opérateurs qui la diffusaient jusque-là. « La diffusion télévisée de RT France coupée, après l’interdiction annoncée par l’UE », déclare le média sur son compte Twitter.

⇒ 15 h 35 [PRÉSIDENTIELLE] La campagne d’Emmanuel Macron bousculée par la guerre en Ukraine

La date limite pour faire acte de candidature à la présidentielle se rapproche, mais le président Emmanuel Macron ne s’est toujours pas déclaré. Son premier meeting était pourtant prévu le samedi 5 mars à Marseille, mais la guerre en Ukraine a bouleversé ses plans.

Emmanuel Macron se trouve pris entre une crise qui l’accapare et la limite du vendredi 4 mars à 18 heures. Alors qu’il doit s’exprimer à 20 heures ce soir pour une allocution consacrée à la guerre en Ukraine, rien ne dit qu’il en profitera pour se déclarer. C’est toute la difficulté du moment : le temps presse, mais mélanger les deux sujets semble délicat.

⇒ 15 h 05[UKRAINE] Les mères des soldats russes capturés peuvent venir les chercher

L’armée ukrainienne invite les mères de soldats russes capturés sur son territoire à venir les chercher, Kiev affirmant avoir fait des dizaines de prisonniers depuis le début de l’invasion du pays par Moscou. « Décision a été prise de rendre les soldats russes capturés à leurs mères si celles-ci viennent les chercher en Ukraine, à Kiev », déclare le ministère ukrainien de la Défense dans un communiqué.

⇒ 14 h 45 [ON VOUS RÉPOND] Posez vos questions sur le conflit en Ukraine

Vous vous interrogez sur l’invasion de l’Ukraine par la Russie ? Sur les conséquences que cette guerre pourrait avoir en France ? Posez vos questions, les journalistes de La Croix vous répondront sur ce live.

⇒ 14 h 00 [VOS QUESTIONS] Est-ce que l’Ukraine peut intégrer l’Union européenne en urgence ? (Jess, 40 ans)

Bonjour Jess,

En principe, l’intégration d’un nouvel État membre au sein de l’Union européenne est autorisée par l’article 49 du traité sur l’Union européenne (TUE). La procédure habituelle est très longue et complexe, car la demande de l’État requérant doit être validée à l’unanimité par le Conseil européen après avis officiel de la Commission européenne et approbation du Parlement européen. Pour adhérer, l’État doit également satisfaire plusieurs critères : respect des valeurs de l’UE, stabilité politique, marché économique viable, capacité à répondre aux objectifs fixés par les institutions européennes. Il n’existe aujourd’hui aucun traité qui prévoit une procédure d’urgence pour intégrer l’UE.

Même si la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a affirmé son souhait d’intégrer l’Ukraine dans l’UE, cette déclaration a davantage une portée symbolique. En conclusion, la demande de Kiev a peu de chances d’aboutir sur le court terme. Il n’est en outre pas possible aujourd’hui de prévoir quelles pourraient être les conséquences d’une telle adhésion. Rappelons qu’en 2013, le dirigeant russe voyait d’un très mauvais œil le projet de signature par Kiev d’un accord d’association avec l’UE.

⇒ 13 h 40 [COMBATS] Ces Français qui partent se battre en Ukraine

À l’appel du président Volodymyr Zelensky, ils sont plusieurs à vouloir aller combattre les forces russes en Ukraine. Joint par La Croix le 28 février, le consul d’Ukraine à Paris, Serhiy Esaulov, faisait état de plus de 200 personnes, dont des Ukrainiens, mais « une majorité de Français » ayant fait connaître leur volonté de combattre.

« Quand j’ai entendu dire que le président ukrainien faisait appel à l’Europe pour leur venir en aide, je me suis renseigné sur Facebook, j’ai trouvé des groupes, et j’ai rencontré des gens avec qui je vais partir dans la semaine », témoigne ainsi Théo Soubie, qui n’a pourtant pas d’attaches dans le pays envahi par la Russie. Avant lui, une trentaine de Français s’étaient engagés dès les années 2014 et 2015 dans des bataillons de volontaires ukrainiens pour combattre les séparatistes prorusses du Donbass aux côtés de l’armée ukrainienne.

⇒ 13 h 00 : Le point sur la situation

L’Espagne a annoncé l’envoi d’armes « offensives » à l’Ukraine, sous la pression de la droite et malgré les réticences de la gauche radicale.

► Le Journal officiel de l’UE a confirmé l’interdiction de la diffusion dans l’Union, sur les réseaux de télévision comme sur Internet, des médias d’État russes Spoutnik et Russia Today, accusés d’être des instruments de « désinformation » de la Russie dans sa guerre contre l’Ukraine.

► L’Ukraine a demandé à l’Icann, responsable de l’attribution des noms de domaine sur le Web, de suspendre les sites russes, afin de « couper Internet » à Moscou.

⇒ 12 h 55 [SANCTIONS] Sept banques russes exclues de Swift, mais pas la plus grosse

Les Vingt-Sept ont exclu sept banques russes du système financier international Swift, mais épargnent deux gros établissements financiers très liés au secteur des hydrocarbures.

Parmi les sept établissements visés figure VTB, la deuxième plus grosse banque de Russie. En revanche, la sanction ne concerne ni Sberbank, première banque du pays, ni Gazprombank, par lesquelles passent une grande partie des paiements pour les fournitures de gaz et pétrole russes, dont sont très dépendants certains États européens.

⇒ 12 h 35 [SPORT] Paralympiques-2022 : Russes et Biélorusses participeront sous bannière « neutre »

Les sportifs russes et biélorusses ont été autorisés à participer aux Jeux paralympiques de Pékin qui débutent vendredi, malgré le conflit en Ukraine, a annoncé le Comité international paralympique (CIP).

Les athlètes des deux pays participeront sous bannière « neutre », « concourront sous le drapeau paralympique et ne figureront pas au tableau des médailles », selon un communiqué diffusé par l’organisation internationale sur son site Internet. Une décision moins sévère que celle de la Fifa, qui a banni la Russie et ses clubs de toutes les compétitions.

⇒ 12 h 25 [INTERNET] Les sites des ambassades ukrainiennes inaccessibles

Aucun site des ambassades d’Ukraine dans le monde ne semble être accessible a constaté La Croix, faisant craindre une attaque informatique.

⇒ 12 h 10[DÉPARTS] 836 000 réfugiés venus d’Ukraine recensés par l’ONU, presque 160 000 de plus qu’hier

Le nombre de réfugiés fuyant l’Ukraine pour les pays voisins a encore bondi pour atteindre presque 836 000 personnes au 1er mars, selon un recensement du Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR).

C’est un saut de presque 160 000 personnes par rapport au chiffre de 677 000 avancé par le HCR hier, mardi, lors d’un appel d’urgence au financement de l’aide humanitaire pour le pays et les personnes qui ont fui les combats. La majorité des réfugiés a trouvé refuge en Pologne. La Hongrie est le deuxième pays à accueillir le plus grand nombre de réfugiés ukrainiens. Suivent la Moldavie, la Slovaquie et la Roumanie.

⇒ 12 h 00 : Le point sur la situation

► Au moins quatre personnes sont mortes dans des bombardements russes à Kharkiv, deuxième ville du pays. Vingt et une personnes avaient été tuées la veille dans des bombardements, notamment celui du siège de l’administration locale.

► Emmanuel Macron va s’exprimer ce mercredi soir à 20 heures dans une nouvelle allocution consacrée à la guerre en Ukraine. L’Élysée ne fait aucune mention d’une éventuelle déclaration de candidature à l’élection présidentielle.

► Le nouveau décompte de l’ONU recense près de 836 000 réfugiés venus d’Ukraine depuis le début du conflit. C’est un saut de presque 160 000 personnes par rapport à hier, où 677 000 personnes fuyant l’Ukraine ont été recensées.

⇒ 11 h 50 [RUSSIE] L’opposant Alexeï Navalny appelle à des manifestations

L’opposant à Vladimir Poutine, actuellement en procès, appelle les Russes à manifester « tous les jours » contre la guerre en Ukraine. « Je ne peux pas, je ne veux pas, et je ne resterai pas silencieux en voyant comment un non-sens pseudo-historique (…) est devenu une excuse pour que les Russes tuent des Ukrainiens, et pour des Ukrainiens pour tuer des Russes en se défendant », a tweeté Alexeï Navalny.

« Où que vous soyez, en Russie, en Biélorussie ou de l’autre côté de la planète, allez sur la place principale de votre ville tous les jours de semaine et à deux heures de l’après-midi les week-ends et vacances », a-t-il exhorté. « Ne devenons pas une nation de sans-voix apeurés, une nation de peureux qui font semblant de ne pas voir la guerre brutale déclenchée contre l’Ukraine par notre petit tsar complètement fou », a-t-il appelé en faisant référence au président russe Vladimir Poutine.

⇒ 11 h 40 [À LA UNE] Kiev au bord du gouffre

Retrouvez, en kiosque et sur Internet, toutes les informations de La Croix.

⇒ 11 h 25 [UKRAINE] Au moins quatre morts dans un bombardement à Kharkiv

Au moins quatre personnes ont été tuées et neuf autres blessées dans des bombardements russes ayant visé mercredi matin le siège des services de sécurité et une université à Kharkiv, ont indiqué les secours ukrainiens.

« Pour l’instant dix personnes ont pu être sorties des décombres, le bilan préliminaire est de 4 morts et neuf blessés », a poursuivi cette source, dans un message sur les réseaux sociaux au moment où la deuxième ville du pays, subit une attaque des forces armées russes. Vingt et une personnes avaient été tuées la veille dans des bombardements, notamment celui du siège de l’administration locale.

11 h 00 [NÉGOCIATIONS] La Russie prête à reprendre les pourparlers

Une délégation de négociateurs russes est prête à poursuivre des pourparlers avec des représentants de Kiev, indique le porte-parole du Kremlin, près d’une semaine après le début de l’invasion russe du pays.

« Aujourd’hui, vers le début de la soirée, notre délégation sera sur place, nous allons attendre les négociateurs ukrainiens », affirme Dmitri Peskov à la presse, disant « espérer » que ces derniers viennent aux négociations, sans en préciser le lieu. Les derniers pourparlers s’étaient déroulés à la frontière avec la Biélorussie lundi 28 février et n’avaient pas accouché d’un accord entre les deux parties.

⇒ 10 h 50 [FRANCE] Emmanuel Macron va s’exprimer à 20 heures sur la guerre en Ukraine

Le président français va s’exprimer ce mercredi à 20 heures pour une nouvelle allocution consacrée à la guerre en Ukraine, a annoncé l’Élysée. Jeudi 24 février, au lancement de l’invasion russe, « il avait pris l’engagement de tenir informés les Français de l’évolution de la situation », ajoute la présidence, sans autre commentaire. L’Élysée ne fait aucune mention d’une éventuelle déclaration de candidature à l’élection présidentielle. Le président sortant n’a plus que jusqu’à vendredi 18 heures pour l’annoncer.

10 h 45 [ÉNERGIE] Les prix du gaz et du pétrole atteignent des records

En raison de la guerre en Ukraine, le cours du gaz naturel a battu son record historique, atteignant les 194 715 € au mégawattheure peu avant 11 heures. Les prix du pétrole ne s’arrêtent pas non plus de croître. Le Brent dépasse ce matin les 110 dollars le baril, tandis que le WTI frôle les 109 dollars a temporairement franchi le seuil des 110 dollars, établissant un record depuis 2013.

⇒ 10 h 20 [ÉCONOMIE] Ces entreprises qui quittent la Russie

Dans la foulée de l’invasion de l’Ukraine, de nombreuses entreprises ont annoncé leur retrait de Russie. Le départ d’entreprises du secteur de l’énergie comme BP (qui cède sa participation dans Rosneft), Shell (qui rompt son partenariat avec Gazprom) et Equinor a été particulièrement retentissant.

Les Français Total et Engie n’ont rien annoncé mais le ministre de l’économie Bruno Le Maire a annoncé qu’il existait un « problème de principe » à leurs activités en Russie. Les groupes automobiles comme Daimler Truck, Mercedez-Benz, Jaguar Land Rover et Renault ont pris des décisions similaires à celles des pétroliers britanniques et norvégiens. Apple a également annoncé que ses produits seraient retirés de la vente.

⇒ 10 h 05[VATICAN] Le pape François salue le rôle de la Pologne dans l’accueil des réfugiés

Durant son audience, le pape François adresse un message de gratitude aux fidèles polonais présents à Rome. « Vous avez été les premiers à soutenir l’Ukraine en ouvrant vos frontières, vos cœurs et les portes de vos maisons aux Ukrainiens fuyant la guerre, salue-t-il. Vous leur offrez généreusement tout ce dont ils ont besoin pour vivre dignement, malgré le drame ».

⇒ 09 h 55 [VOS QUESTIONS] Comment aider les Ukrainiens, réfugiés ou ceux restés sur place ? (Nathalie, 57 ans)

Bonjour Nathalie,

Il existe différents moyens, financiers ou non, de venir en aide à la population ukrainienne, parmi laquelle 700 000 personnes ont déjà fui le pays selon l’ONU.

→ EXPLICATION. Guerre en Ukraine : comment aider les civils depuis la France ?

Pour faire parvenir des dons aux associations humanitaires présentes sur le terrain, il est possible de s’adresser à l’ambassade d’Ukraine à Paris qui a lancé une cagnotte en ligne. D’autres associations comme la Croix-Rouge ou le Secours catholique ont appelé aux dons pour venir en aide aux civils.

Il est également possible de faire don de produit de première nécessité à travers l’Association des maires de France (AMF), qui cite parmi le matériel d’urgence nécessaire des tentes, des couvertures, de la nourriture ou encore des produits d’hygiène.

⇒ 09 h 30 [DÉCLARATION] Volodymyr Zelensky accuse la Russie de vouloir « effacer l’Ukraine »

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky accuse Moscou de chercher à « effacer » l’Ukraine et son histoire, appelant les Juifs « à ne pas rester silencieux », après des frappes russes visant l’antenne de la télévision ukrainienne, près de Babi Yar, site d’un massacre nazi.

« Ils ont l’ordre d’effacer notre histoire, d’effacer notre pays, de nous effacer tous », a-t-il lancé dans une vidéo, exhortant les pays du monde entier à ne pas rester neutres face à l’invasion russe.

⇒ 09 h 20 [AGENDA] Les rendez-vous de la journée

► L’Assemblée générale de l’ONU est appelée à voter, après deux jours de discours de ses membres, sur un projet de résolution destiné à condamner la Russie pour l’invasion de l’Ukraine et lui demander un retrait « immédiat » de ses troupes.

► Les producteurs de pétrole de l’Opep se réunissent ce mercredi, en plein embrasement des cours après l’invasion de l’Ukraine, et devraient persister dans leur approche d’ouverture des vannes au compte-gouttes malgré les répercussions tous azimuts de la guerre.

► À Vienne, une réunion extraordinaire du conseil des gouverneurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) sur les installations nucléaires en Ukraine va avoir lieu à 11 h 00.

⇒ 09 h 10 [UKRAINE] L’armée russe affirme avoir conquis la ville de Kherson, dans le sud du pays

L’armée russe a affirmé mercredi s’être emparé de la ville portuaire ukrainienne de Kherson, située au sud du pays, près de la péninsule de Crimée, après des combats acharnés ces dernières heures. « Des unités de l’armée russe ont pris le contrôle total de la capitale régionale de Kherson », a affirmé le porte-parole des forces armées russes, Igor Konachenkov.

Quelques minutes plus tôt, à 06 h 43 GMT, le maire ukrainien de la ville, Igor Kolykhaïev, avait indiqué que la localité était toujours sous contrôle ukrainien. La ville et sa périphérie ont subi ces dernières heures d’intenses bombardements. La région de Kherson, frontalière de la Crimée, avait été attaquée dès le début de l’invasion russe, le 24 février à l’aube. L’armée russe s’est déjà emparée d’un autre port clé de l’Ukraine, celui de Berdiansk, et attaque actuellement celui de Marioupoul.

⇒ 08 h 50 [UKRAINE] Où en est l’offensive russe ?

► Sur le front de Kiev, l’objectif principal des Russes, le convoi long de 60 kilomètres qui inquiétait les médias occidentaux mardi semble bloqué en raison de problèmes logistiques, et la capitale reste aux mains des Ukrainiens. Elle a été bombardée dans la nuit.

→ À LIRE. Des troupes aéroportées russes ont débarqué à Kharkiv, la deuxième ville de l’Ukraine

► Sur le front sud, l’armée russe a annoncé mardi avoir fait la jonction avec les séparatistes de l’est de l’Ukraine sur la mer d’Azov, encerclant Marioupol. Dans cette région, ils ont également annoncé la prise de Kherson, un port fluvial de près de 300 000 habitants.

► Sur le front est, des soldats russes ont été parachutés sur Kharkiv et ont attaqué un hôpital avant d’affronter les forces ukrainiennes. Pour l’instant, la seconde ville du pays n’est pas prise.

EN DIRECT – Guerre en Ukraine : la diffusion télévisée du média russe RT France a cessé

⇒ 08 h 30 : Le point sur la situation

► Au septième jour de l’offensive russe en Ukraine, des troupes aéroportées russes ont débarqué dans la nuit de mardi 1er et mercredi 2 mars à Kharkiv, deuxième ville située du pays, située à l’est, à quelques kilomètres de la frontière. Sur tous les fronts, l’invasion s’intensifie.

► Lors de son premier discours sur l’État de l’Union le 1er février, Joe Biden s’est opposé frontalement à la Russie, qualifiant Vladimir Poutine de « dictateur » et annonçant la fermeture de l’espace aérien américain aux vols russes. Il a aussi menacé les oligarques de saisir leurs « yachts » et leurs « appartements ».

L’armée russe affirme avoir conquis la ville de Kherson, dans le sud de l’Ukraine.

► Le groupe Sberbank, la principale banque de Russie, a annoncé mercredi se retirer du marché européen, après avoir été touché par des sanctions financières massives en représailles à l’invasion de l’Ukraine par Moscou.

► Les médias d’État russes RT et Spoutnik sont interdits de diffusion dans l’UE, après accord des 27.

► Le prix du baril de brut de West Texas, un type de pétrole brut utilisé comme standard, dépasse les 110 dollars, porté par la guerre en Ukraine.

♦ Bienvenue dans ce direct consacré au septième jour de guerre en Ukraine, où l’offensive russe continue. Retrouvez notre direct du 1er mars sur le conflit en Ukraine.

.

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *